L'avion du président Morales dérouté

Image caption Le président bolivien Evo Morales a assisté à une conférence de producteurs de gaz à Moscou.

Un avion transportant le président Evo Morales a été interdit de franchir l'espace aérien de la France et celui du Portugal mardi. Motif: des rumeurs affirmaient que l'ex agent de la CIA en fuite, Edward Snowden, se trouvait à bord de l'appareil.

L'avion avait quitté Moscou pour La Paz, la capitale de la Bolivie.

Il a été dérouté vers Vienne en Autriche où il a atterri.

Le ministre des Affaires étrangères bolivien, David Choquehuanca, a fermement condamné la fermeture de l'espace aérien à la suite de ce qu'il a appelé un mensonge.

La Bolivie réclame des explications aux gouvernements français et portugais

Selon le chef de la diplomatie de la Bolivie, en poussant l'avion à effectuer un atterrissage forcé, des personnes ont cherché à mettre en danger la vie du président Morales.

Les autorités autrichiennes ont confirmé que Edward Snowden n'était pas dans l'avion.

La veille, Edward Snowden a accusé l'administration américaine de faire pression sur les pays où il pourrait trouver refuge.

Snowden se trouverait en Russie depuis fin juin.

Washington veut le poursuivre après qu'il a diffusé des milliers de documents classifiés par les services de renseignements américains, révélant que les Etats-Unis surveillaient des millions d'utilisateurs du web et de téléphones portables.

Par ailleurs, plusieurs pays ont refusé d'accorder l'asile politique à Edward Snowden

L'ancien expert de la CIA avait déposé une vingtaine de demandes d'asile politique dans les ambassades de différents pays

Mardi, la Pologne, l'Inde et les Pays-Bas, ont annoncé refuser d'accorder l'asile politique à Snowden.