Explosion d’un train au Canada

  • 7 juillet 2013
Un nuage de fumée s’est formé dans la petite ville de Lac-Mégantic.
Image caption Un nuage de fumée s’est formé dans la petite ville de Lac-Mégantic.

Au moins 80 personnes sont portées disparues dans une petite ville du Québec après le déraillement et l’explosion d’un train.

Il s’agissait d’un convoi de 72 wagons-citernes et de cinq locomotives transportant du pétrole qui a ravagé une partie du centre-ville de Lac-Mégantic au Canada.

L’engin était parti de Montréal et devait se rendre sur la côte atlantique, dans le port de Saint-John (Nouveau-Brunswick).

Mais sa destination ultime a plutôt été la rue principale de cette petite de 6.000 habitants située aux confins des montagnes des Appalaches, rasant tout sur 2 kilomètres carrés.

Vingt-quatre heures après l’accident, les wagons-citernes flambent toujours.

Les corps de deux nouvelles victimes ont été retirés dans la nuit de samedi à dimanche du site de l'explosion, portant à trois le nombre officiel de décès, selon la police.

Pas de conducteur

La compagnie américaine The Montreal Maine & Atlantic, propriétaire du train, a expliqué qu'avant la catastrophe, le convoi de wagons-citernes avait été immobilisé dans le village voisin de Nantes pour effectuer un changement d'équipe.

Pour une raison inconnue, il s'est "mis à avancer, à bouger dans la pente le conduisant jusqu'à Lac-Mégantic", alors que les systèmes de freinage étaient pourtant activés, a dit le porte-parole de la compagnie, Christophe Journet.

Par conséquent, "il n'y avait pas de conducteur à l'intérieur" lorsque le train s'est emballé.