USA: Manning condamné à 35 ans de prison

Image caption le soldat américain Bradley Manning

Le soldat, auteur de la fuite de documents secrets sur les guerres en Irak et en Afghanistan, a été condamné à 35 ans de prison.

Mais Bradley Manning va présenter dès la semaine prochaine une demande de grâce au président Barack Obama.

C’est ce qu’a indiqué hier soir l’avocat du jeune soldat, David Coombs.

Le dossier que le jeune soldat de 25 ans va remettre à la Maison Blanche comprendra un message personnel au président américain.

Dans ce message que M. Coombs a lu a la presse mercredi soir, Bradley Manning entend écrire à Barack Obama qu’il a décide de divulguer des informations secrètes « par amour pour (son) pays et sur la base d’un sentiment de devoir envers autrui ».

La grâce solicitée par M. Manning est aussi réclamée par Amnesty International qui qualifie la peine de 35 ans de «sévère avertissement à tout autre individu qui serait tenté de dévoiler les méfaits du gouvernement » américain.

L’organisation de défense des Droits de l’Homme appelle aussi le président Obama et le Congrès à entreprendre une reforme législative qui « renforce les protections accordées à ceux qui révèlent des informations dont le public a besoin et auxquelles le public a droit ».

A la Maison Blanche, le porte-parole du président Obama n’a pas souhaite réagir directement au verdict.

L’Administration Obama a fait valoir que Bradley Manning avait « violé la loi » en divulguant des informations secrètes au site internet Wikileaks.

Mais Josh Earnest a assuré que, « si Bradley Manning remplissait effectivement le dossier nécessaire pour demander une amnistie, son dossier serait examiné comme n’importe quel autre » par le président américain.

Bradley Manning a livré en 2011 plus de 700.000 documents secrets et des câbles diplomatiques du gouvernement américain sur les guerres en Irak et en Afghanistan au lanceur d’alerte Julian Asange qui les a publiés sur son site Wikileaks.