L'Onu confirme du gaz sarin en Syrie

  • 16 septembre 2013
Image caption Ban Kimoon a présenté le rapport des experts au Conseil de sécurité de l'Onu

Le Secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a confirmé que du gaz sarin a été utilisé en Syrie, après avoir présenté le rapport des experts onusiens au Conseil de sécurité.

S'exprimant devant la presse, Ban Kimoon a parlé de preuves accablantes.

Il a indiqué que l'analyse de fragments de roquettes et de 85% des échantillons de sang prélévés sur les victimes montrent des traces de l'arme chimique.

"Des crimes de guerres ont été commis," en déduit Ban Ki-moon.

On avait un bon aperçu du contenu du document avant sa présentation.

Une photographie de sa première page confirmait ce que disaient les Etats-Unis depuis plusieurs semaines, à savoir que des armes chimiques ont été utilisées en Syrie.

Le document n'attribue pas de responsabilité. Ce qui est tout à fait conforme à la mission des enqueteurs qui n'était pas de désigner des responsables mais de déterminer si oui ou non des armes non-conventionnelles ont été utilisées.

C'est donc dans cette portée bien déterminée que les enqueteurs ont travaillé et c'est et ce qui leur permet de faire état dans leur document de preuves flagrantes et convaincantes de l'utilisation de gaz sarin, notamment lors du massacre du 21 août près de Damas.

Les armes chimiques, sur foi du rapport, ont été utilisées sur une échelle relativement grande au cours du conflit syrien "contre des civils y compris des enfants".

Même si les experts n'attribuent pas de responsabilité, les diplomates, eux, ne se retiennent pas.

En effet, les Etats Unis, la France et le Royaume et plusieurs autres chancelleries soutiennent avec force argument que la mannière dont les faits ont été rapportés laisse entrevoir que le gouvernement syrien est la seule partie à même de perpétrer les attaques.

Le président syrien Bashar al-Assad rejette toutes les accusations, indiquant au contraire que ce sont les rebelles qui ont utilisé le gaz sarin.

Paulo Pinheiro, le président de la commission onusienne d'enquete sur la Syrie, a indiqué que sa commission enquête sur quatorze attaques aux armes chimiques presumées; des attaques qui auraient ete perpétrées depuis septembre 2011.

Lire plus