Etats-Unis: accord sur la dette au Sénat

Image caption Capitol Hill, siège du Congrès américain, théatre d'intenses négociations de dernière minute.

La crise de la dette aux Etats-Unis s’achemine vers une issue, après un accord au Sénat entre Démocrates et Républicains.

Le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, a annoncé mercredi qu'il avait conclu un accord avec son homologue républicain pour relever le plafond de la dette, et rouvrir les administrations du gouvernement fédéral.

L’accord prévoit de relever le plafond de la dette américaine jusqu’au 7 février, et de rouvrir les administrations jusqu’au 15 janvier.

Les parlementaires américains tentaient de résoudre leur différend avant jeudi, quand les Etats-Unis auraient basculé techniquement en situation de défaut, entraînant une réaction en chaîne sur les marché internationaux, un scénario qualifié de “catastrophique” pour l’économie mondiale par la plupart des économistes.

Les investisseurs ont salué mercredi la perspective d’un accord à Washington, faisant grimper les bourses européennes à leur plus haut niveau depuis deux ans et demi.

Obama n'a rien cédé

L’accord conclu au Sénat doit encore faire l’objet d’un vote à la Chambre des représentants, ou les Républicains détiennent une majorité.

C’est là que se loge la frange radicale des élus Républicains du mouvement Tea Party, qui avait lancé le chantage de la fermeture des administrations et du blocage de la dette, pour forcer le président Barack Obama à faire marche arrière sur sa loi d’assurance maladie universelle.

Le bras de fer s’est retourné contre les Républicains, sanctionnés par les sondages, les obligeant à lâcher du lest, et offrant à Barack Obama - qui n’a pas cédé au chantage- une victoire politique.

La victoire pourrait cependant être de courte durée, puisque le plafond de la dette ne devrait être relevé que jusqu’au 7 février, ouvrant la perspective d’une nouvelle crise dans quelques mois.

Les dernières semaines ont en lumière les dysfonctionnement sérieux des instituions politiques américaines, polarisées entre deux partis politiques qui peinent à s’entendre sur le moindre sujet, même lorsque l'intérêt économique vital de la nation est en jeu.