Assassinat d'un commandant du Hezbollah

  • 4 décembre 2013
Le commandant du Hezbollah Hassan Lakkis

Il a été assassiné devant son domicile de Hadath, dans la banlieue de la capitale libanaise Beyrouth.

Selon le Hezbollah, l'assassinat aurait été commandité par Israël, qui a récusé l’accusation.

Hassan Lakkis était peu connu du grand public, mais il avait la réputation d’être très proche du leader du Hezbollah Hassan Nasrallah, et d’être un expert en fabrication d’armes.

L’assassinat s’est produit seulement 24h après l’accusation du chef du Hezbollah de l’implication de l’Arabie saoudite dans les attentats du mois dernier contre l’ambassade d’Iran à Beyrouth.

L’Iran est l'un des principaux alliés du Hezbollah, qui envoie ses hommes se battre en Syrie aux côtés du gouvernement de Bashar al-Assad.

Le conflit en Syrie a accru les tensions entre communautés religieuses chez le voisin libanais.

Mais, selon les analystes, Lakkis a aussi pu être la cible de militants sunnites, irrités par le rôle joué par le Hezbollah en Syrie.

Selon le Hezbollah, Israël aurait déjà tenté de tuer Hassan Lakkis plusieurs fois.

Lakkis a été attaqué dans le garage de son immeuble. Transporté d’urgence à l’hôpital, il décède tôt dans la matinée de mercredi, selon les autorités libanaises.

Mais pour le Hezbollah, Lakkis a été tué d’une balle dans la tête avec une arme silencieuse, victime selon le mouvement chiite d'une opération professionnelle.

Hezbollah- “le partie de dieu”- est une puissante organisation militaire et politique libanaise, constituée principalement de musulmans chiites.

Elle a vu le jour grâce au soutien financier de l’Iran au début des années 1980.

Le Hezbollah s’est battu contre Israël en 2006 dans une guerre de 34 jours.

Selon l’organisation, l’un des fils de Lakkis avait été tué pendant ce conflit.