Procès des assassins de Rafic Hariri

  • 16 janvier 2014
Les 4 suspects, liés au Hezbollah, seront jugés en leur absence devant le TSL.

Neuf ans après l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, s'ouvre aujourd'hui à La Haye le procès des personnes tenues pour responsables.

Elles seront jugées, en leur absence, par le Tribunal spécial pour le Liban, institué en 2007 par les Nations Unies.

Il s'agit du premier procès pour faits de "terrorisme" devant la Cour.

Les proches de Rafic Hariri ont toujours désigné la Syrie et le Hezbollah comme étant derrière la mort de l'ancien Premier ministre.

Le 14 février 2005, l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri était tué dans une puissante explosion d'une camionnette bourrée d'explosifs à Beyrouth.

Tout de suite les regards se portent vers le Hezbollah dont les 4 accusés, tous absents au procès, sont membres.

Les 2 premiers, Mustafa Badreddine et Salim Ayyash sont accusés d'avoir préparé et exécuté l'attentat qui a abouti à la mort de l'ancien premier ministre libanais et 22 autres personnes.

Les 2 autres accusés sont poursuivis pour avoir enregistré une fausse cassette vidéo por revendiquer l'attentat au nom d'un groupe fictif appelé "Victoire et Jihad en Grande Syrie".

En octobre le Tribunal Spécial pour le Liban avait annoncé l'inculpation d'une 5e personne.

Pour élucider cette affaire, Beyrouth fait appel à l'Onu, qui crée le Tribunal spécial pour le Liban, le TSL, instauré par la résolution 1757 du Conseil de sécurité, adoptée en mai 2007.

Mais cette juridiction, dont le siège est à La Haye au Pays-Bas, ne fait pas l'unanimité au Liban.

Le Hezbollah, proche de la Syrie, estime en effet que ce tribunal est un complot "israélo-américain" visant à le détruire, et refuse de livrer les 4 suspects poursuivis par le Tribunal.

La querelle autour du TSL avait d'ailleurs entraîné la chute du gouvernement de Saad Hariri, fils de Rafic, en 2011.

Le procès s'ouvre au moment où le Liban subit de plus en plus les contrecoups de la guerre en Syrie, dans laquelle est fortement impliqué le Hezbollah.