Arche de Zoé : condamnation avec sursis

  • 14 février 2014
Eric Breteau Image copyright AFP Getty Images
Image caption Le président de l’Arche de Zoé Eric Breteau et sa compagne Emilie Lelouch, au tribunal de Ndjamena en 2007.

Le président de l’Arche de Zoé Eric Breteau et sa compagne, Emilie Lelouch, ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis par la Cour d’appel de Paris.

En 2007, ils avaient tenté de voyager vers la France avec 103 enfants présentés comme des orphelins du Darfour.

La justice française les poursuivait pour escroquerie, exercice illicite de l'activité d'intermédiaire à l'adoption et tentative d'aide à l'entrée ou au séjour de mineurs en situation irrégulière.

Le couple ne retournera pas derrière les barreaux.

Durant le procès, l’avocat général avait requis une peine de prison comprise entre deux et trois ans.

En première instance, ils avaient été condamnés à trois ans de prison, dont deux ferme, et 50 000 euros d'amende.

A l’époque des faits, ils avaient arrêtés en route vers l’aéroport d’Abéché, dans l’est du Tchad.

Les deux responsables de l’Arche de Zoé n’avaient pas informés les autorités françaises de la motivation de leur opération, qui était d’obtenir pour ces enfants tchadiens la reconnaissance du statut de réfugiés.

Eric Breteau s’est défendu en affirmant que cette décision était délibérée pour des raisons de sécurité.

Les jeunes garçons et filles avaient été pansés pour des blessures fictives.

Des familles d’accueil les attendaient en France.