Poutine va-t-il intervenir militairement en Ukraine ?

Poutine a obtenu le feu vert de la chambre haute du Parlement russe pour intervenir militairement en Ukraine Copyright de l’image AFP
Image caption Poutine a obtenu le feu vert de la chambre haute du Parlement russe pour intervenir militairement en Ukraine

La chambre haute du Parlement russe a approuvé samedi le recours à l’armée de la Russie, présenté par le président Vladimir Poutine, en vue d’une intervention militaire en Ukraine.

Poutine a demandé "le recours aux forces armées russes sur le territoire de l'Ukraine, jusqu'à la normalisation de la situation" dans ce pays où le Parlement et les manifestants de l’opposition ont destitué le président Viktor Ianoukovitch, la semaine dernière.

Mais l'approbation du recours à l'armée russe en Ukraine, "c'est le point de vue du Conseil de la Fédération (Sénat). C'est le président qui prend la décision. Pour le moment, il n'y a pas de décision en ce sens", a déclaré Dmitri Peskov, le porte-parole de Poutine.

La Flotte russe de la mer Noire, constituée d’environ 20.000 hommes, est basée en Crimée, une région ukrainienne où vivent plusieurs groupes russophones.

Kiev accuse Moscou de vouloir entraîner le nouveau gouvernement dans un conflit armé.

Le président par intérim Olexander Turchynov a convoqué les chefs des services de sécurité de son pays en réunion d’urgence, à la suite de la décision du président russe de faire intervenir son armée en Ukraine.

Son prédécesseur se trouve en Russie, d’où il a déclaré vendredi qu’il restait "le vrai président" ukrainien. Lors d’une conférence de presse, Ianoukovitch a dénoncé l’"irresponsabilité" de l’Occident qui est, selon lui, à l’origine de "l’instabilité" dans son pays.

Le ministre ukrainien de la Défense, Ihor Tenyukh, a indiqué samedi que 6.000 soldats russes à bord de 30 véhicules blindés sont présents en Crimée.

Des russophones vivant en Crimée ont accueilli dans la joie l’arrivée de soldats russes chez eux. Des habitants des régions de l'Est et du Sud de la Crimée manifestaient samedi leur opposition au nouveau gouvernement ukrainien.

Le Premier ministre britannique David Cameron a déclaré samedi qu'il n'y avait pas de justification à une intervention armée en Ukraine. "Il ne peut y avoir de justification à une intervention militaire extérieure en Ukraine, comme je l'ai dit au président Poutine avec lequel j'ai parlé hier (vendredi)", a soutenu Cameron.