Ukraine: l’Otan surveille les frontières

Copyright de l’image Getty
Image caption Les avions de reconnaissance de l'Otan vont surveiller les frontières ukrainiennes

L’Otan a déployé des avions de reconnaissance en Pologne et en Roumanie afin de surveiller les frontières ukrainiennes.

Le feu vert pour les vols a été donné ce lundi a déclaré un porte-parole de l’Otan.

« Tous les vols de reconnaissance des Awacs auront lieu au-dessus des territoires de l’alliance », ont précisé les représentants.

Cette opération arrive après que la Russie ne renforce son contrôle en Crimée, et avant le référendum de ce dimanche qui décidera si la péninsule rejoint la Fédération de Russie. L’Ukraine et l’Occident jugent ces actions russes illégales.

Dans les derniers mouvements ce lundi, des hommes armés – présumés membres des troupes russes et de milices locales – ont saisi un hôpital militaire en Crimée.

Les assaillants ont défilé dans l'hôpital de la capitale régionale Simferopol, menaçant le personnel et les quelques 30 patients.

Les troupes pro-russes bloquent également l’accès à la Crimée aux troupes ukrainiennes.

Moscou a officiellement nié que ses troupes prennent part à ces blocages, décrivant ces hommes armés sans insignes comme des forces « d’auto-défense » de Crimée.

Le gouvernement de Kiev, comme les Etats-Unis et l’Union européenne, accuse la Russie d’envahir l’Ukraine en violation des lois internationales.

L'Otan soutient l'Occident

L'Otan a déclaré que les vols de surveillance augmenteraient la « conscience de la situation de l'alliance ».

La semaine dernière, l’organisation a dit qu’elle réexaminerait toute coopération avec la Russie et intensifierait son engagement avec le gouvernement de Kiev.

La crise ukrainienne a éclaté en novembre, après le rejet de dernière minute de l'ancien président Viktor Ianoukovytch d'un rapprochement avec l’UE afin de se rapprocher de la Russie.

Viktor Ianoukovytch a été renversé le mois dernier et un nouveau gouvernement a été voté par le Parlement ukrainien pendant que la Russie dénonçait un « coup d'Etat ».

Lire plus