Snowden: "la NSA a violé la constitution"

  • 11 mars 2014
Image copyright Getty
Image caption L'ancien employé de la NSA Edward Snowden

Edward Snowden a accusé lundi l’agence américaine de sécurité (NSA) d’avoir violé la constitution des Etats unis et nuit à la sécurité nationale en espionnant tout le monde sauf les vrais suspects du terrorisme.

L’ancien employé de l’agence américaine de sécurité (NSA) s’est exprimé pour la première fois en direct devant ses compatriotes, par lien satellite de vidéoconférence.

M. Snowden qui demeure inculpé d’espionnage aux Etats-Unis était invité par le congrès de technologie qui se tient chaque année à Austin au Texas.

Edward Snowden qui s’adressait à 3000 personnes réunies au palais des Congrès d’Austin, leur a déclaré que la NSA a "mis le feu à l’avenir de l’Internet", avec une surveillance massive des communications électroniques qui est censée améliorer la lutte contre le terrorisme, mais qui n’est ni constitutionnelle, ni éfficace.

Intervenant depuis la Russie où il a obtenu l’asile temporaire, l’ancien employé de la NSA est apparu, sur l’écran de téléconférence, assis devant une affiche reproduisant le texte de la constitution des Etats-Unis.

Edward Snowden parle d’une violation par la NSA du texte fondateur de la nation américaine "à grande échelle", notamment le quatrième amendement à la constitution, la disposition qui interdit la fouille des individus ou de leurs biens sans mandat préalable.

Durant ce lien par satellite entre la Russie et les Etats-Unis qui fournissait un son plutôt crachotant, M. Snowden a estimé que les activités de la NSA ont "amené le pays à un point où les américains risquent de perdre le contrôle de leur démocratie représentative."

Selon M. Snowden, les écoutes que la NSA place sur les lignes téléphoniques et sur l’Internet n’ont pas permis d’empêcher des attentats tels que celui qui a été perpétré contre le marathon de Boston il y a un an.

Toujours selon l’homme que le gouvernement américain a inculpé d’espionnage pour avoir volé des informations sur la NSA, l’agence nationale de sécurité a ainsi nuit à la sureté des Etats-Unis.

Interrogé par l’animateur du débat sur le point de savoir s’il avait des regrets d’avoir dévoilé au public et aux gouvernements étrangers les activités d’espionnage de son propre pays, M. Sonwden a indiqué qu’il ne regrettait rien :

"Le résultat, c’est que mes révélations ont bénéficié au public, aux différents gouvernements, à chaque société à travers le monde, la sécurité de l’Internet s’est accrue, nous avons maintenant des communications plus sûres car les gens sont mieux informés et prennent des mesures de protection, et donc oui, si c’était à refaire, je recommencerais car , peu importe ce qui m’arrive, c’est un sujet sur lequel nous avons le droit de savoir ce qui est fait en notre nom."

La première question du public est venue de Tim Berners-Lee, l’informaticien britannique et professeur à l’Institut de technologie du Massachusetts auquel est attribuée l’invention de l’Internet il y a 25 ans.

Tim Berners-Lee a remercié Edward Snowden pour ses divulgations à propos de la NSA.

Il lui a aussi demandé comment les programmes de surveillance pourraient être améliorés.

"Il faut une supervision émanant du public afin que quelqu’un défende les intérêts du peuple et il faut contrôler le congrès qui ne fait pas son boulot de contrôleur", a répondu M. Snowden qui a été salué à plusieurs reprises par des applaudissements nourris.

Au Congrès, M. Snowden n’a pas été applaudi lundi soir.

Un député républicain avait exhorté les organisateurs du congrès d’Austin à annuler la participation de l’ancien employé de la NSA.

L’un de ses collègues du senat a accusé M. Snowden d’avoir commis "un acte de trahison" et d’avoir communiqué des informations secrètes à deux des "adversaires" des Etats-Unis, à savoir la Russie et la Chine.

Des accusations que M. Snowden et ses avocats rejettent catégoriquement.