Pape François: un an au Saint-Siège

Copyright de l’image AFP
Image caption Le Pape François a entrepris des réformes dans la gestion financière du Saint-Siège.

Ce jeudi 13 mars marque la première année de pontificat du Pape Fançois. Il demeure toujours populaire en dépit de quelques scandales.

Arrivé au Saint-Siège il y a un an, le Pape François a rejoint Diego Maradona et Lionel Messi, formant avec ces deux idoles du ballon rond, une nouvelle Sainte Trinité 100% argentine.

En Italie, les sondages d'opinion donnent au Pape François, la plus grosse côte de popularité des plus récents souverains pontifes avec un taux de près de 90%.

Les arrivées de pèlerins à Rome affichent des chiffres sans précédent qui reflètent d'ailleurs une forte présence du Pape sur les réseaux sociaux avec ses 11 millions d'adeptes sur twitter.

Certains fidèles argentins ont proposé des excursions touristiques facturées en dollars, dans les rues de Flores, le quartier de son enfance.

Un autre groupe de jeunes catholiques argentins a lancé un site internet qui compile les hommages dans le monde entier via tous les réseaux sociaux.

La popularité de l'ancien évêque de Buenos Aires n'a pas été entachée par le rapport des Nations Unies accusant l'église catholique de couvrir systématiquement des dizaines de milliers de prêtres pédophile signalés au Vatican.

Pape réformateur

Mais au sein du Saint-Siège à Rome, l'attitude bienveillante du Pape et de son rayonnement chez les croyants qui ont abandonné le service ou les chrétiens catholiques divorcés interdits de recevoir la communion ne sont pas unanimement salués par les cardinaux traditionalistes.

Face à la controverse sur les homosexuels, l'Argentin Jorge Mario Bergoglio a plutôt fait preuve de modestie pieuse.

"Qui suis-je pour les juger", s'est-il interrogé, dans une sérénité qui tranche avec l'attitude de son prédécesseur, le Pape Benoît XVI.

Le Pape François âgé de 76 ans fait preuve d'une santé de fer malgré l'ablation partielle du poumon il y a une cinquantaine d'années.

En vue de réaliser les réformes et éviter les scandales financiers comme ceux de la banque du Vatican, Il a mis en place un groupe restreint de conseillers.

Le souverain pontife a créé le mois dernier un "secrétariat pour l'Économie" au Vatican pour renforcer la rigueur dans la gestion, mais aussi le pouvoir du Pape.

Le cardinal George Pell, précédemment archevêque de Sydney, en assure la gestion.

Mais son pontificat s'est limité jusqu'ici au changement de style.

Il n'y aura pas de changement sur les positions classiques de l'église catholique concernant des sujets comme la contraception artificielle ou le principe absolu du célibat pour les prêtres.