Ukraine: accord de “désescalade“

  • 17 avril 2014
Copyright de l’image AFP
Image caption Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (à gauche), avec le chef de la diplomatie russe, Sergei Lavrov, à Genève, le 17 avril 2014.

La Russie, les Etats-Unis et l’Union européenne ont annoncé avoir trouvé un accord pour une “désescalade des tensions” en Ukraine.

L’accord a été annoncé à Genève, à l’issue de négociations entre les ministres des Affaires étrangères de Russie, des Etats-Unis, d’Ukraine et la représentante de l’Union européenne.

Cet accord prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux dans l’est de l’Ukraine et l'évacuation des bâtiments occupés.

"Tous les groupes armés illégaux doivent être désarmés, tous les bâtiments saisis illégalement doivent être rendus à leurs propriétaires légitimes, toutes les rues, les places et les autres lieux publics dans les villes ukrainiennes doivent être libérés", indique le document.

L’OSCE, la mission de surveillance de l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe sera chargée d'aider les autorités ukrainiennes à mettre en oeuvre ces mesures.

Les mesures décidées pourraient convaincre les Occidentaux de reporter la mise en oeuvre de nouvelles sanctions contre la Russie, accusée de soutenir les rebelles pro-russes dans l’Est de l’Ukraine.

Poutine avertit

Copyright de l’image AP
Image caption Vladimir Poutine ferme: il "espère" ne pas être "obligé" d'envoyer ses forces armées en Ukraine.

Les tensions sur le terrain restent très fortes. Des affrontements qui ont fait trois morts ont opposé dans la nuit de mercredi à jeudi insurgés pro-russes et loyalistes au pouvoir de Kiev.

Lors d'une longue séance télévisée de questions-réponses, le président russe Vladimir Poutine a mis en garde qu'il "espère fortement" ne pas être "obligé de recourir"à l'envoi de ses forces armées en Ukraine.

Le chef du Kremlin a exhorté les autorités ukrainiennes à accepter le "dialogue", via les entretiens quadripartites de Genève, au risque de mener le pays vers le "gouffre".

Il a également qualifié de "foutaises" les affirmations selon lesquelles les forces russes seraient impliquées dans les troubles dans l'Est de l'Ukraine.

Lire plus