La Turquie en deuil et en colère

Copyright de l’image
Image caption Plus de 700 mineurs se trouvaient au fond de la mine lors de déflagration.

Les syndicats turcs ont annoncé un jour de grève, après l'incident dans une mine ayant fait plus de 200 victimes, pire catastrophe minière de l'histoire du pays.

Selon les leaders syndicaux, depuis les récentes privatisations dans le secteur minier les conditions de travail des mineurs s'étaient détériorées.

Trois jours de deuil national ont été décrétés par les autorités.

Au lendemain de l’explosion dans la mine située à Soma, dans l’ouest du pays, les autorités ont été vivement prises à partie par des manifestants.

La police anti-émeutes a dispersé mercredi des manifestations dans plusieurs villes du pays.

A Istanbul, plusieurs milliers de personnes ont scandé des slogans antigouvernementaux, et la police a répondu par des tirs de gaz lacrymogène et de balles de caoutchouc.

Pendant que les manifestants battaient le pavé, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan s'est rendu dans la localité de Soma, où a eu lieu la catastrophe.

Il a affirmé qu'une « enquête approfondie » serait lancée pour faire toute la lumière sur les causes de l'accident, rejetant néanmoins toute responsabilité de son gouvernement.

Plus de 700 mineurs se trouvaient au fond de la mine lors de déflagration.

Selon les autorités, 363 mineurs ont été secourus dans les heures qui ont suivi l’incident mais depuis l’aube mercredi, plus aucun survivant n’a pu être ramené à la surface.

Le bilan de l'explosion est estimé à 270 morts.

Lire plus