Ukraine: la Russie coupe le gaz

  • 16 juin 2014
Image copyright AP
Image caption Le siège de la compagnie gazière russe Gazprom, le 16 juin 2014.

La Russie a suspendu ses approvisionnements en gaz à destination de Kiev, suite à une intensification du contentieux entre les deux pays.

« L'approvisionnement en gaz à destination de l'Ukraine a été réduit à zéro », a expliqué le ministre de l'Energie ukrainien, Yuri Prodan.

Le géant gazier russe Gazprom affirme que Naftogaz, groupe gazier ukrainien public, doit payer en avance pour ses approvisionnements en gaz.

« A partir d'aujourd'hui, la compagnie ukrainienne ne recevra que le gaz naturel russe qu'elle a déjà acheté », a précisé Gazprom.

Suite à cette déclaration, Gazprom et Naftogaz ont chacune pris des actions en justice devant l'Institut d'Arbitrage de la Chambre de commerce de Stockholm.

Gazprom affirme vouloir récupérer les 4.5 milliards de dollars que Naftogaz lui doit, alors que la compagnie ukrainienne a quant à elle déclaré souhaiter obtenir 6 milliards de dollars de Gazprom provenant des trop-perçus sur le gaz depuis 2010.

En berne

Les relations entre les deux pays sont en berne depuis l'annexion de la Crimée en février dernier.

Les récentes discussions sur la crise entre l'Ukraine, la Russie et l'Union européenne (UE) n'ont pas abouti à des progrès significatifs.

« Nous ne sommes pas parvenu à un accord. Les chances que nous nous réunissions de nouveau sont minces », a déclaré Sergei Kuprianov, porte-parole pour Gazprom, après les derniers pourparlers à Kiev pendant le weekend.

Le Commissaire européen en charge de l'Énergie Guenther Oettinger- qui a assisté aux réunions- a en revanche déclaré qu'un accord était toujours possible.

Environ 15% du gaz utilisé en Europe provient de la Russie et de l'Ukraine.

Image copyright
Image caption Gazprom affirme vouloir récupérer les 4.5 milliards de dollars que Naftogaz lui doit.

Gazprom s'est dit prêt à continuer à approvisionner son gaz aux consommateurs européens.

Mais selon le correspondant de la BBC, l'Union européenne pourrait en être affectée.

Avec l'intensification des tensions entre Kiev et Moscou au sujet des insurgés pro-russes à l'Est de l'Ukraine, les chances d'arriver à un accord apparaissent de plus en plus minces.

Moscou a réagi avec colère à la manifestation qui s'est tenue lundi devant son ambassade de Kiev samedi.

Les manifestants dénonçaient la mort de 49 personnes dans un avion militaire détruit en plein vol par des séparatistes pro-russes.

Le même jour, l'Ukraine a accusé la Russie d'avoir envoyé des chars de combat à l'est du pays pour soutenir les militants pro-russes.