Kiev: Obama appelle à un cessez-le-feu

  • 18 juillet 2014
298 personnes se trouvaient à bord du vol à destination de Kuala Lumpur Image copyright AFP
Image caption 298 personnes se trouvaient à bord du vol à destination de Kuala Lumpur

Les autorités américaines ont appelé à une trêve dans l’est de l’Ukraine, pour qu'une enquête internationale puisse être menée dans la zone où s’est écrasé jeudi un avion de la compagnie Malaysia Airlines.

Le vol en partance d'Amsterdam pour Kuala Lumpur s'est écrasé après avoir été touché par un potentiel tir de missile sol-air.

298 personnes se trouvaient à bord du vol.

Les deux parties se rejettent la balle

Les autorités de Kiev et les séparatistes pro-russes se sont, immédiatement après la catastrophe, rejetés la responsabilité du crash.

D’un côté, l’Ukraine parle d’un “acte de terrorisme”, rejetant la faute sur la Russie qui a annoncé son soutien aux rebelles et leur a fourni des armes de pointes.

Par ailleurs, les autorités ukrainiennes ont publié ce qu’ils considèrent être une série de conversations interceptées qui prouverait que les séparatistes pro-russes visaient bien l’avion.

Mais le président russe Vladimir Poutine a accusé le gouvernement ukrainien de la reprise des opérations militaires dans la région, où il tente de reprendre le contrôle de rebelles pro-russes.

L’identité des responsables de cette catastrophe n’est en fait pas connue pour le moment, de même que la cause exacte de ce crash, même si la thèse du tir de missile est la plus probable.

Des détails émergent en revanche sur la nationalité et l'identité des passagers: près de la moitié d’entre eux sont des Néerlandais et beaucoup se rendaient à une conférence sur le sida en Australie.

Image copyright AFP
Image caption Des veillées ont été organisées près de l’ambassade néerlandaise dans la capitale ukrainienne, Kiev

En Malaisie, le crash de Malaysia Airlines est une terrible nouvelle, plusieurs mois après la disparition du vol MH370 de la même compagnie.

A Kuala Lumpur comme à Amsterdam, des parents de passagers ont commencé à se rassembler dans les aéroports des deux villes.

Le président américain Barack Obama a appelé à éviter tout maquillage des preuves, et souhaite l'ouverture d'une enquête internationale "rapide"

Image copyright BBC World Service

Toujours du côté des Etats Unis, alors que Washington demande un "cessez le feu immédiat" en Ukraine, l'agence fédéral américaine de l'aviation à conseillé aux appareils commerciaux d'éviter de survoler l'espace aérien au-dessus de l'est de l’Ukraine.