Nouvelles sanctions contre la Russie

Copyright de l’image AP

Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont convenu mardi d'accélérer les sanctions ciblées contre des individus et des compagnies russes.

Il a été décidé de viser en particulier les entités suspectées d’être liées aux troubles en Ukraine.

Les ministres européens des Affaires étrangères demeurent réticents à l’idée d’imposer des sanctions économiques de grande ampleur.

Les mesures prises mardi sont donc limitées.

Elles ciblent principalement des personnalités proches du Kremlin et concernent avant tout des gels d’avoir et des interdictions de visa.

Les ministres européens des Affaires étrangères ont accepté d'accélérer l'élargissement de la liste des personnes ciblées par les sanctions.

Une liste de sanctions de plus grande envergure doit également être élaborée.

Ces dernières devraient comprendre des restrictions concernant les marchés de capitaux, un éventuel embargo sur les armes et viseraient aussi le secteur de l'énergie.

Elles pourraient affecter l'industrie nucléaire, ce qui représenterait une réelle menace pour les intérêts de la Russie.

Mais ces sanctions ne sont pas encore effectives ; les échanges commerciaux entre la Russie et l'UE représentant plus de 320 milliards de dollars par an.

Un régime de sanctions va finalement à l’encontre des intérêts de l'Europe, surtout si Moscou envisage de se venger.

Le tiers des approvisionnements en gaz de l'UE proviennent de la Russie.