Le Hamas accepte une trêve

  • 27 juillet 2014
Khaled Mechaal, l'un  des leaders du Hamas (à gauche), et Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien
Khaled Mechaal, l'un des leaders du Hamas (à gauche), et Benyamin Netanyahou, le Premier ministre israélien

Un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a déclaré dimanche que le mouvement politique et militaire palestinien entamait dimanche une trêve humanitaire.

Cette décision a été prise quelques heures après que l’armée israélienne a repris les opérations militaires, à la suite d'un cessez-le-feu de 24 heures entré en vigueur samedi matin.

"En réponse à la requête urgente de l'ONU (…) les mouvements de la Résistance ont accepté une trêve humanitaire de 24 heures qui commencera à 14h (11h GMT) aujourd'hui (dimanche)", a déclaré Zouhri.

La fête de l'Aïd el-fitr, à célébrer lundi ou mardi pour marquer la fin du mois de jeûne du ramadan, motive également la décision du Hamas d’observer un cessez-le-feu, selon Zouhri.

Le porte-parole du Hamas affirme que toutes les factions palestiniennes ont accepté d’observer la trêve.

"Il continue de tirer sur nous"

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a accusé dimanche le mouvement palestinien de n’avoir "pas respecté son propre cessez-le-feu".

"Il continue de tirer sur nous, au moment où nous parlons", a-t-il soutenu, affirmant que son pays "prendra toute action" qu’il jugera "nécessaire pour la protection de son peuple".

Le Hamas avait dans un premier temps refusé samedi soir une extension de 24 heures de la trêve humanitaire réclamée par l'ONU et acceptée par Israël.

Neuf Palestiniens ont été tués dimanche dans des raids de l’armée israélienne, après la trêve de 24 heures entrée en vigueur samedi matin.

Cela porte à près de 1 050 le nombre de Palestiniens tués dans l’offensive "Bordure protectrice" menée depuis le 8 juillet par l’armée israélienne.

Israël dit mener cette opération en représailles à des tirs de roquettes du Hamas sur son territoire. Une quarantaine d'Israéliens ont été tués.