Nouveaux affrontements à Ferguson

Image caption Les manifestants de ferguson réclament justice

Malgré l’appel au calme du président américain Barack Obama et l'arrivée de la Garde Nationale, Ferguson a connu une nouvelle nuit de violence.

Six personnes ont été blessées par balle et 31 ont été arrêtées dans cette petite ville de l’état du Missouri aux États-Unis.

Les manifestants réclament justice pour la mort de Michael Brown le 9 août dernier, un adolescent noir qui n’était pas armé lorsqu’il a été abattu.

Le meurtre de ce jeune homme par un policier blanc a enflammé les tensions raciales dans la communauté majoritairement noire de la ville.

Mais au-delà du crime commis, la population veut mettre en lumière la question des inégalités raciales aux Etats-Unis.

Le procureur général doit se rendre à Ferguson mercredi pour rencontrer les agents fédéraux qui enquêtent sur le meurtre.

Les avis divergent

Par ailleurs, des agents du FBI ont été envoyés à Ferguson pour interroger des témoins, dont beaucoup ne font pas confiance à la police locale.

Selon les premiers éléments d’enquête, l’officier Darren Wilson aurait tiré sur l'adolescent après l’avoir arrêté parce qu’il marchait simplement dans la rue.

Les habitants de cette petite communauté disent qu'ils vont continuer à protester jusqu'à ce que leur voix soient entendues et que justice soit faite.

De son côté, la police affirme que la meilleure façon pour les manifestants de se recueillir est d’éviter ce qu'elle décrit comme une "dynamique dangereuse qui se déroule dans la nuit ".

Une autopsie mandatée par sa famille a montré que six balles ont atteint le jeune homme dont deux dans la tête.

Lire plus