La police de Ferguson sous enquête

  • 5 septembre 2014
Le ministère a également ouvert des enquêtes  similaires dans une vingtaine de bureaux de police aux Etats-Unis. Image copyright AP
Image caption Le ministère a également ouvert des enquêtes similaires dans une vingtaine de bureaux de police aux Etats-Unis.

Le ministre américain de la Justice Eric Holder, a annoncé jeudi que lui et son ministère avaient reçu plusieurs plaintes des habitants de Saint-Louis sur les pratiques de la police.

Il a également fait part d'une histoire de ''profonde méfiance '' et un manque de diversité dans les forces de police.

"Nous estimons qu'il y a de bonnes raisons pour que le ministère de la Justice ouvre une enquête pour déterminer si les responsables de la police de Ferguson se sont livrés à des pratiques qui violent la Constitution américaine ou la législation fédérale", a déclaré le ministre Eric Holder lors d'une conférence de presse.

Cette nouvelle enquête se distingue d'une autre enquête fédérale sur la violation éventuelle des droits civiques de Michael Brown, abattu en plein jour par un policier blanc alors qu’il était désarmé.

En outre, un grand jury du comté de Saint-Louis a été chargé de décider s'il y a lieu de poursuivre le policier de 28 ans, Darren Wilson, pour l'heure mis en congé forcé.

Leur décision sur une éventuelle inculpation pourrait se faire attendre jusqu'à mi-octobre.

Par ailleurs, cette nouvelle enquête se penchera sur les pratiques de la police ces dernières années dont les conditions d’interpellation et l’utilisation de la force mais aussi sur les formations suivies par les agents de police de Ferguson.

Un rapport du bureau du procureur général datant de 2013 révèle que la police de Ferguson arrêtait alors deux fois plus d’automobilistes afro-américains que d’automobilistes blancs.

Il était pourtant moins probable de trouver des objets de contrebande au sein de la communauté noire.