Media playback is unsupported on your device

L'invité 22/04/2013 : Roland Marchal du CERI

  • 22 avril 2013

En janvier 2013, lorsque la France a décidé d'envoyer des troupes pour arrêter l'avancée vers Bamako des militants islamistes, le Tchad a rapidement déployé sur le terrain ses propres forces malgré qu'il ne fait partie de la Communauté des Etats de l'Afrique de l'ouest. Le président Idriss Deby (qui a récemment annoncé qu'il allait retirer ses troupes) apparait comme un dirigeant sûr de lui dans ses frontières et capable de déployer à ses frais des milliers d'hommes à l'étranger. Il y a quelques années, c'était tout le contraire. (En 2008, il avait été assiégé par des rebelles dans son palais à Ndjamena et ce n'est que grâce à l'intervention de l'armée française qu'il a pu se maintenir au pouvoir.) Roland Marchal, chargé de recherche au Centre d'Etudes et de Recherches Internationales est l'invité de BBC Matin, il nous explique à quoi il attribue ce changement radical d'Idriss Deby. Il répond aux questions de Placide Muhigana.