Soudan du Sud: Lam Akol démissionne sur fond de tension

Copyright de l’image AFP
Image caption Lam Akol accuse le président Salva Kiir de compromettre l'accord de paix

Le ministre sud-soudanais de l'Agriculture et de la Sécurité alimentaire Lam Akol a annoncé sa démission estimant "qu'il n'y a plus d'accord de paix à appliquer à Juba".

Lam Akol est l'un de deux membres de l'opposition qui avait été appelé à participer au gouvernement d'union nationale prévu par l'accord de paix signé en août dernier.

Il a accusé le président Salva Kiir de compromettre l'accord de paix, en forçant le vice-président Riek Machar de fuir Juba et en le remplacent par Taban Deng Gai.

Pour justifier sa démission, Lam Akol a également invoqué d'autres violations de l'accord de paix notamment la création de 28 Etats, le retard dans la mise en place d'un parlement de transition, et les massacres a caractère ethnique dans les régions de Rajaa et Wau dans l'Etat de l'Equateur.

L'ancien ministre a déclaré envisager toutes les options, y compris celle du retour à la lutte armée contre le président Salva Kiir.

Juba, la capitale du Soudan du Sud a été le théâtre début juillet de nouveaux affrontements violents qui ont fait environ 300 morts.