Sénégal : les travailleurs de la justice en grève

Sénégal, justice
Image caption Des usagers des services judiciaires étaient obligés de rentrer chez eux, faute de pouvoir se faire délivrer des documents administratifs.

Le Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST) du Sénégal a lancé une grève de trois jours à compter de ce mardi.

La grève, qui n'en est qu'à ses premières heures, lèse déjà des usagers des services judiciaires.

A l'entrée du palais de justice de Dakar, les mouvements de la foule peuvent laisser croire qu'il s'agit d'une journée normale.

Pourtant, derrière les portes fermées, les salles d'audience sont vides, et plusieurs personnes attendent dans les couloirs.

Certains se sont levés tôt le matin pour venir à une audience judiciaire ou se faire établir des documents administratifs.

Mais ils ont attendu pendant plusieurs heures, dans l'espoir de pouvoir être assistés par les travailleurs du palais de justice, le plus grand du pays.

D'autres étaient obligés de rentrer, faute de pouvoir se faire délivrer des documents administratifs par exemple.

"Je suis à la recherche d'un extrait de casier judiciaire. Malheureusement, le tribunal qui s'en occupe est en grève pour 72 heures. J'ai besoin de ce document, pour postuler à un emploi", témoigne un homme rencontré dans les couloirs du palais de justice.

"J'ai été lésée par la grève. Depuis 10 mois, je suis sur un dossier qui devait être bouclé maintenant. Mais je suis obligée d'attendre trois jours encore (…) Il n'y a pas d'autre possibilité", se désole une dame parmi la foule réunie dans l'enceinte du palais de justice.

Le gouvernement a réquisitionné des agents de la police, qui sont chargés de travailler à la place des greffiers en grève.

Certains juges ont pu siéger en dépit de la grève du SYTJUST.

Un avocat rencontré à la sortie d'une audience assure que la grève des travailleurs de la justice a un impact négatif sur les activités du tribunal.

El Hadj Ayé Malick Diop, le président du SYTJUST, a dénoncé "le silence" des autorités de tutelle, qui n'ont pas trouvé de solution aux revendications des agents en grève.

Le SYTJUST réclame une amélioration des conditions de travail de ses membres, ce qui, selon ses dirigeants, doit se traduire par une hausse des salaires par exemple.

Sur le même sujet