Affaire Katumbi : 8 fonctionnaires arrêtés

Par Poly Muzalia, correspondant à Kinshasa

Moïse Katumbi Copyright de l’image AFP
Image caption La condamnation de Moïse Katumbi à trois ans de prison a connu plusieurs rebondissements.

Huit fonctionnaires affectés au tribunal qui a condamné Moïse Katumbi à trois ans de prison ont été arrêtés.

Leur arrestation fait suite à la disparition, cette semaine, de deux juges soupçonnés d'avoir emporté avec eux des documents faisant partie du dossier judiciaire de Moïse Katumbi.

La juge Chantal Ramazani, qui a condamné M. Katumbi à trois ans de prison, en juin dernier, pour "spoliation d'immeuble", a pris la fuite la semaine dernière.

Elle a dénoncé des "pressions" exercées sur elle par les autorités congolaises pour envoyer M. Katumbi en prison.

Moïse Katumbi est accusé aussi d'avoir recruté des mercenaires.

Il a rejeté les accusations portées contre lui dans ces deux affaires.

L'opposant et riche homme d'affaires dit être victime d'un "montage grossier" qui aurait pour but de l'empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Moïse Katumbi est à l'étranger depuis plus de deux mois.

L'opposant, candidat déclaré à la présidentielle congolaise, a annoncé son intention de rentrer au pays.

Mais les autorités promettent de le faire arrêter dès qu'il foulera le sol congolais.