Congo : Mokoko reste en prison

Brazzaville, Mokoko, Congo
Image caption Le général Mokoko a été inculpé le 16 juin pour atteinte à la sûreté intérieure de l'État

Un tribunal de Brazzaville a renvoyé à mardi l'audience de demande de mise en liberté provisoire du général Jean-Marie Michel Mokoko.

L'opposant congolais est détenu depuis mi-juin pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'État".

Il est mis en cause dans une vidéo tournée en 2007, qui le montre en train de discuter, avec un homme dont le visage est invisible, d'un plan visant à chasser le président Denis Sassou-Nguesso du pouvoir.

Selon la justice congolaise, son interlocuteur non identifié dans la vidéo serait un agent de la Direction générale de la sécurité extérieure, un démembrement des renseignements français.

Le général Mokoko soutient qu'il s'est fait "piéger".

Yvon-Eric Ibouanga, son avocat, affirme que le dossier a été renvoyé à mardi "pour des réquisitions et plaidoiries", parce que l'Etat congolais s'est constitué partie civile au procès.

"Nous allons réitérer la demande de mise en liberté de notre client, qui n'a plus sa place à la maison d'arrêt au regard des éléments du dossier", a soutenu Me Ibouanga.

"Il n'y a pas de raison de maintenir le général en détention préventive. Il peut comparaître librement", a ajouté son avocat.

Le général Mokoko a été inculpé le 16 juin pour "atteinte à la sûreté intérieure de l'État" et "détention illégale d'armes et munitions de guerre".

Sur le même sujet

Lire plus