RDC : 3 jours de deuil national

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Depuis deux ans, la ville de BEni subit des attaques attribuées aux ADF-Nalu

La ville de Beni a subi l'un des massacres les plus meurtriers depuis fin 2014.

Le bilan est de 36 morts, selon le gouvernement, mais la société civile parle d'une cinquantaine de victimes parmi lesquelles se trouvent des enfants.

Elles ont été tuées à la machette dans la nuit de samedi à dimanche.

Les autorités congolaises attribuent l'attaque aux ADF-Nalu, un groupe armé ougandais musulman hostile au président Yoweri Museveni.

Ces rebelles sont présents dans l'est de la République démocratique du Congo depuis près de 20 ans.

Kinshasa a qualifié les assaillants de "djihadistes" et a lancé un appel à la solidarité internationale.

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a encore affirmé que la RDC faisait face à ce qu'il appelle "un groupe terroriste international ".

Il a dénoncé le "manque de soutien de la communauté internationale".

Cette attaque survient trois jours après la visite du président Joseph Kabila dans la province du Nord-Kivu.

Il avait alors promis de réinstaurer la paix dans cette partie du pays.