L'"hyène" du Malawi reste en prison

Eric Aniva, Malawi
Image caption Eric Aniva a reconnu avoir eu des rapports sexuels avec des jeunes filles, pour les déflorer.

La justice du Malawi a encore rejeté la demande de libération sous caution de l'homme accusé d'avoir été payé pour déflorer des adolescentes.

Le procureur Christopher Botoman dit craindre qu'Eric Aniva "intimide ou influence" des victimes pour les dissuader de témoigner.

"La nature, le sérieux de l'infraction et la sévérité de la peine que risque l'accusé font qu'il n'est pas dans l'intérêt de la justice de le libérer sous caution", a ajouté M. Botoman.

Il dit craindre que M. Aniva s'enfuie au Mozambique, dont la frontière est proche de son village de Nsanje, situé dans le sud du Malawi.

C'est la deuxième fois que la justice du Malawi refuse la demande de libération sous caution de cet homme séropositif accusé d'avoir été payé pour déflorer plus d'une centaine d'adolescentes.

La première demande de libération conditionnelle de ce travailleur du sexe surnommé l'"hyène" par les habitants de son village avait été refusée le 5 août.

L'accusé âgé de 45 ans a été arrêté fin juillet, après avoir reconnu dans une interview à la BBC qu'il a eu des rapports sexuels avec des jeunes filles, en échange de sommes d'argent payées par leurs familles.

Dans le village d'Eric Aniva, cette pratique est considérée comme une forme de "nettoyage" rituel.

Sur le même sujet

Lire plus