Rwanda : traque des "terroristes"

Copyright de l’image AFP
Image caption Selon les forces de l'ordre, le groupe s'adonnait à des séances de radicalisation dans une résidence privée.

Dans un communiqué, la police rwandaise a fait savoir, vendredi qu'elle avait arrêté trois présumés terroristes dans la ville de Bugarama, située dans le sud-ouest du pays.

Trois autres personnes ont été arrêtées, l'une d'entre elles est blessée.

Toujours selon les forces de l'ordre, le groupe s'adonnait à des séances de radicalisation dans une résidence privée.

Il serait lié aux militants Al Shabab actifs en Somalie.

Le jeudi, un homme, lui aussi présumé terroriste, a été exécuté dans le Nord du Rwanda.

Mais les militants de l'opposition ont fait savoir que l'homme avait disparu depuis une année.

Selon eux, il a été tué alors qu'il était détenu secrètement par les services de sécurité rwandais.

La Communauté islamique

Interviewé par la BBC, le président de la communauté islamique rwandaise, Cheik Mussa n'a démenti aucune des informations données par la police.

Il a cependant souligné que les prêches ne peuvent avoir lieu qu'à la mosquée, selon la doctrine de la religion.

Il n'y avait donc, selon lui, aucune raison valables que ces personnes se retrouvent dans cette résidence à dispenser un quelconque enseignement, surtout au regard du nombre de mosquées dans la région.

Cependant, Cheik Mussa a admis que toutes les personnes arrêtées étaient musulmanes.

"Elles donnent une mauvaise image de l'Islam", a-t-il regretté.