"Probo Kaola" : pas encore d'indemnisations

Par Suy Kahofi, correspondant à Abidjan

Probo Koala, manifestation Copyright de l’image Getty Images
Image caption Manifestation de victimes de la cargaison toxique déposée à Abidjan le 19 août 2006.

Le doute persiste encore sur les opérations de dépollution et l'indemnisation des victimes des déchets toxiques déversés dans la banlieue d'Abidjan, il y a 10 ans, par un vraquier battant pavillon panaméen.

Le nombre de personnes à indemniser est estimé à 60 000.

A Djibi-Village, à l'est d'Abidjan, les déchets avaient été déversés près des champs.

Salif Ouédraogo affirme que l'un de ses fils âgé de 10 ans ressemble à un gamin de 5 ans à cause des boutons provoqués sur son corps par les déchets.

La famille Ouédraogo habitait près du site où la cargaison toxique avait été déversée.

Kwamé Kassou Kassoumé, un riverain du site pollué, a perdu sa fille de six mois à cause des déchets.

Ne pouvant plus travailler, il vit maintenant à Yopougon, dans le sud d'Abidjan, grâce au soutien de sa famille.

Il ne peut pas travailler à cause de la maladie.

Le nom de sa fille figure sur la liste de 17 personnes officiellement décédées à cause des déchets.

Kwamé Kassou Kassoumé devait toucher la somme de 100 millions de francs CFA en guise d'indemnité.

Mais il n'a pas encore reçu un centime de ce montant.

M. Kassoumé dit se heurter à la "fraude" et à la "corruption" organisées autour de l'indemnisation des victimes de la cargaison toxique.

Charles Koffi, le président du Réseau pour la défense des victimes des déchets toxiques, déplore la liberté accordée à des personnes condamnées à 20 ans de prison ferme pour leur responsabilité dans le dossier judiciaire dit du "Probo Koala".

"Nous déplorons la protection dont elles bénéficient de la part des pouvoirs publics (…) C'est vraiment regrettable", a commenté M. Koffi.

La pollution attribuée au vraquier Probo Koala et ses conséquences avaient conduit à une série de procès, en Côte d'Ivoire et à l'étranger.

Les dédommagements avaient été promis aux victimes après ces procès.

Sur le même sujet

Lire plus