RDC : début du procès des auteurs présumés des tueries de Beni

Copyright de l’image AFP
Image caption 6 prévenus sont accusés d'avoir participé aux tueries dans le territoire de Beni.

En République démocratique du Congo, le procès de six hommes, accusés des tueries dans le territoire de Beni a débuté samedi 20 août 2016.

Ils ont comparu pour la première audience devant un tribunal militaire d'exception dans la ville de Beni.

Sur 80 détenus qui se trouvent dans la prison de Kangwayi, seuls 6 étaient sur le banc des accusés.

Les prévenus se sont présentés comme deux Ougandais, un Tanzanien et trois Congolais.

Les six prévenus sont poursuivis pour leur "participation à un mouvement insurrectionnel, crimes contre l'humanité par meurtre et terrorisme dans la localité de Oïcha où ils ont été arrêtés", a déclaré le Colonel Jean-Paulin Esosa, président de la Cour militaire.

Lors de l'audience, ils ont affirmé avoir été "au service du mouvement Forces démocratiques alliées (ADF)".

Sur la place publique, des milliers de personnes étaient venues assister au procès et ont bloqué le passage aux véhicules sur la route principale.

Des militaires et policiers étaient déployés autour de la tribune. La séance a été suspendue pour reprendre lundi 22 août.

Les accusés risquent la peine de mort. Cette sentence est systématiquement commuée en RDC en peine de prison à vie.

Depuis octobre 2014, la ville et le territoire de Beni ont été le théâtre d'une série de massacres ayant coûté la vie à plus de 700 civils, d'après l'ONU.

Selon la société civile, la dernière tuerie a couté la vie à 51 civils, tués dans la nuit du 13 au 14 août dans des quartiers nord de Beni, à la lisière du parc de Virunga, repaire des rebelles musulmans ougandais ADF.

Le dernier bilan du gouvernement fait lui état de 42 morts et l'ONU assure "qu'au moins 50 civils ont été tués".