Vivre et survivre à Libreville grâce à la tontine

Vue aérienne d'un des quartier de Libreville lors d'un meeting politique Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le coût élevé de la vie au Gabon oblige les couples à unir leurs revenus.

Le gouvernement a augmenté le niveau des revenus des agents de la fonction publique.

Mais le coût élevé de la vie au Gabon oblige les couples à unir leurs revenus.

Nancy, Serge et leurs quatre enfants sont ensemble depuis cinq ans.

Nancy est infirmière dans une clinique privée, son conjoint Serge Mamboundou est fonctionnaire. Il travaille au Ministère des Eaux et Forêts.

Auparavent, Nancy vivait seule avec deux enfants à sa charge nés d'une précédente relation.

A Libreville, ils louent une maison de deux chambres avec salon, cuisine et douche à 230 000f CFA.

Pour faire vivre sa famille, Mamboundou ne dépense pas moins de 150 000 CFA par mois. Son épouse Nancy explique que ses achats tiennent compte d'un certain équilibre.

"Regardez mon congélateur; j'aurai souhaité avoir du poisson, des gambas, mais je ne peux pas me les offrir par manque de moyen", souligne Nancy.

La tontine, nouveau moyen de financement

Malgré le cumule de leurs revenus, les difficultés économiques du couple Mamboundou sont évidentes.

Réaliser un projet n'est plus une chose aisée car au niveau des banques, l'accès aux crédits est devenu difficile.

Le couple fait alors recours à la tontine pour financer certains de leurs projets et trouver l'argent pour organiser leur mariage.

Le fils ainé de la famille voulait partir en colonie de vacances mais faute d'argent son père l'en a empêché.

"Je voulais aller en colonie de vacance, mais papa n'a pas voulu payer la prise en charge de 45000 f CFA. Je reste ici et je m'ennuie », nous confie-t-il.

A Libreville, il n'y a quasiment pas de centres de loisirs et pour qu'un enfant puisse passer de bonnes vacances, les parents doivent débourser une somme non négligeable qui n'est pas souvent à la portée des familles à faibles revenus.