Sahara occidental : le cessez-le-feu violé

Copyright de l’image AFP
Image caption La Minurso (mission de l'ONU) a été mise en place il y a 25 ans pour superviser l'accord de cessez-le-feu au Sahara occidental.

Un document confidentiel de l'ONU a révélé que l'accord de cessez-le-feu signé en 1991 par le Maroc et le Front Polisario a été violé par les deux parties qui se disputent le Sahara occidental.

Le Maroc et le Front Polisario ont dépoyé des éléments armés dans une zone proche de la Mauritanie.

Le document, daté du 28 août, a été transmis au Conseil de sécurité. Il signale que le Maroc a mené, entre le 16 et le 25 août 2016, une opération qui devait s'inscrire dans le cadre de la lutte contre la contrebande dans la région de Guerguerat, au sud du Sahara occidental, au-delà du mur de défense érigé comme ligne de démarcation.

Ce mur de défense est une barrière de sable bâtie sur près de 2.500 kilomètres entre les deux entités.

Selon les auteurs du document, l'opération marocaine "a été lancée sans avertir au préalable la Minurso (mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental), contrairement aux exigences de l'accord militaire numéro 1" signé entre les deux parties.

L'opération aurait été lancée "avec le soutien des forces appartenant à la Gendarmerie royale marocaine".

S'agissant du Polisario, la Minurso confirme la présence "d'environ 32 militaires armés du Front Polisario" dans la même région, à l'intérieur d'une zone tampon qui jouxte la Mauritanie.

La Minurso considère cette présence comme une "violation" de l'accord de cessez-le-feu qu'elle est chargée de superviser depuis 1991.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, avait déclaré l'indépendance en 1976.

L'ONU exhorte Rabat et le Polisario "à faire preuve de retenue" pour éviter la reprise des hostilités.

Depuis début août, l'ONU prépare une "proposition formelle" pour relancer les négociations sur le Sahara occidental, actuellement dans l'impasse.

Les négociations entre Rabat et Laâyoune sont au point mort depuis plusieurs mois.