Des causes de fraude électorale

Delta du Niger Copyright de l’image Getty Images
Image caption La crédibilité d'une élection dans le Delta du Niger a été entachée par un taux de participation avoisinant 120 %.

L'opposition gabonaise dénonce des fraudes après la publication des résultats officiels selon lesquels le taux de participation était de 99,93 % dans la région d'origine du président Ali Bongo, qui est crédité de 95% dans son fief.

Ces résultats ont donné lieu à des accusations de fraude de la part de l'opposition.

Elizabeth Blunt, témoin de nombreuses élections en Afrique en tant que journaliste à la BBC d'abord, observateur électoral ensuite, identifie des causes de fraude électorale. Elle analyse la question des fraudes électorales.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les téléphones portables ont permis d'améliorer le niveau de transparence des élections dans plusieurs pays.

Un trop-plein d'électeurs

Il n'y a jamais eu un taux de participation de 98 % ou 99 % dans une élection crédible. La loi qui rend obligatoire le vote au Gabon n'est pas rigoureusement appliquée. Même en Australie, où l'électeur peut voter par la poste ou en ligne, condamné à payer une amende s'il n'est pas allé voter, le taux de participation ne dépasse pas 90-95 %.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Les fraudes électorales sont souvent dénoncées en Afrique malgré la vigilance des observateurs.

Certaines régions du Delta du Niger ont enregistré un taux de participation au vote de 120 %, lors d'une élection. "Les gens sont physiquement bien portants. Ils ont la notion du civisme", m'a dit un fonctionnaire local, pour justifier ces taux de participation.

Une forte participation dans certaines régions

Pourquoi une région où un bureau de vote concentrent-ils un taux de participation de 90 %, tandis que les autres enregistrent moins de 70 % ? Quelque chose d'étrange est certainement arrivé lorsque le taux de participation est plus élevé dans une région favorable à un candidat ou à un parti, plutôt qu'à un autre.

Un nombre élevé de suffrages non valables

Les auteurs des fraudes électorales ont des moyens subtils de grossir ou de réduire les suffrages exprimés. Il faut faire attention au nombre de bulletins nuls. Même dans les régions où les taux d'illettrisme sont les plus importants, il ne doit pas dépasser une moyenne de 5 %.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Il y a quelquefois des accusations de bourrage d'urnes au lendemain des élections.

Des résultats non conformes aux suffrages exprimés

Les téléphones portables ont facilité la transparence des élections dans certains pays. Il arrive souvent que les représentants des partis politiques, les observateurs électoraux et les électeurs prennent des photographies du procès-verbal à la fin du dépouillement des votes.

Mais dans le sud du Togo, en 2005, et au Katanga, en République démocratique du Congo, en 2011, des résultats enregistrés de cette manière et affichés devant les bureaux de vote, en présence de toutes les parties concernées, ne correspondaient pas à ceux annoncés à la radio.

Retard de la proclamation des résultats

Le retard de la publication des résultats n'est pas forcément une preuve de fraude, mais il est souvent considéré comme tel. La collecte des résultats prend souvent beaucoup de temps surtout dans les pays où les moyens de communication sont dans un mauvais état et les systèmes de transmission électronique non utilisés. Le retard est de toute façon dangereux et alimente souvent de mauvaises rumeurs.

Sur le même sujet

Lire plus