Ali Bongo : "Je ne peux pas violer la loi"

Ali Bongo Ondimba Copyright de l’image Getty Images
Image caption Ali Bongo Ondimba se fie à la décision de la Cour constitutionnelle, concernant une éventuelle reprise du décompte des suffrages.

Le président Ali Bongo Ondimba a promis de respecter la décision de la Cour constitutionnelle si cette institution ordonne un nouveau décompte des voix après l'élection présidentielle.

"Je ne peux pas violer la loi. Le recomptage doit se faire à la Cour constitutionnelle. Mes adversaires le savent", a-t-il déclaré à des medias français.

Mais Ali Bongo Ondimba, déclaré vainqueur par la commission électorale nationale et le ministère de l'Intérieur, a réitéré que la loi gabonaise n'autorisait pas la reprise du décompte des voix après la proclamation des résultats par ces deux instances.

Il dit par ailleurs préparer "un certain nombre de recours" contre les résultats de l'opposition dans certaines régions du pays.

La mission d'observation électorale de l'Union européenne a signalé "une évidente anomalie" dans le décompte des voix.

Elle a appelé à reprendre le dépouillement des suffrages "bureau de vote par bureau de vote".

Une réunion de la Cour constitutionnelle est prévue jeudi pour examiner un recours introduit par Jean Ping, qui s'est autoproclamé vainqueur et a contesté la réélection du président sortant.

M. Bongo a dit que son principal souci était de rétablir le calme dans le pays et permettre à la Cour constitutionnelle de faire son travail.

Sur le même sujet

Lire plus