Ping dépose un recours contre Bongo

Copyright de l’image AFP
Image caption Jean Ping (en photo) a introduit un recours contre la victoire d'Ali Bongo Ondimba.

L'opposant gabonais Jean Ping a déposé auprès de la Cour constitutionnelle du Gabon un recours visant à faire annuler la réélection du président Ali Bongo Ondimba.

Il a déposé le recours au terme d'un entretien avec ses avocats, ce jeudi 8 septembre, à Libreville.

Le chef de l'opposition gabonaise dénonce "des résultats totalement faux".

"Nous demandons à la Cour de constater qu'il y a des anomalies graves", a déclaré à la presse un des avocats de l'opposant Jean Ping, Jean-Rémy Batsantsa, reprenant les mots de l'observatrice en chef de l'Union européenne, Maryia Gabriel.

Haut-Ogooué

"Nous avons 174 procès-verbaux (pour le Haut Ogooué, NDLR). Quand nous les compilons, nous nous rendons compte que dans tous les cas Ali Bongo ne peut pas gagner cette élection", a ajouté l'avocat.

Ping réclame un nouveau décompte des voix et conteste surtout les résultats de la province du Haut-Ogooué, le fief d'Ali Bongo Ondimba, où le président sortant est arrivé premier avec 95 % des voix, pour un taux de participation de 99 %.

Jean Ping s'est autoproclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 27 août, dès le lendemain du scrutin.

Il est arrivé deuxième, devant huit autres candidats, avec 48,23 % des suffrages, contre 49,80 % pour Ali Bongo Ondimba, selon les résultats publiés par la commission électorale nationale et le ministère de l'Intérieur.

Les violences survenues après la publication des résultats auraient fait sept morts.

Des médiateurs de l'Union africaine attendus au Gabon, ce vendredi 9 septembre, s'y rendront à une date ultérieure non encore fixée, a annoncé le ministère gabonais des Affaires étrangères.

La mission devait être conduite par le chef de l'Etat tchadien, Idriss Déby Itno, président en exercice de l'UA.