RDC : l'opposition boude le dialogue

Poly Muzalia, correspondant à Kinshasa

Joseph Kabila, RDC Copyright de l’image AFP
Image caption Le camp de Joseph Kabila veut que l'on commence par organiser les élections locales pour finir par la présidentielle.

Ce lundi 12 septembre, les représentants du parti de Vital Kamerhe ont quitté le forum lancé le 1er septembre en République démocratique du Congo, dénonçant "un complot" du pouvoir.

Une divergence de vues sur la question de la tenue des élections générales est à l'origine de cette décision.

La majorité exige que l'on commence par organiser les élections locales pour finir par la présidentielle, une proposition rejetée par l'opposition.

"Nous avons compris qu'on veut nous engager dans une voie sans issue. C'est pourquoi nous avons décidé de suspendre notre participation", explique Vital Kamerhe, l'un des leaders de l'opposition qui participaient au forum.

Copyright de l’image Alamy
Image caption Pour Vital Kamerhe, l'un des opposants participant au dialogue, la présidentielle est l'élection qu'il faut organiser en premier lieu.

"Pour cette question non négociable, il faut que nos amis de la majorité sachent que la balle est dans leur camp. Ils ont créé cette situation politique et veulent l'aggraver. Ils en seront les seuls comptables", ajoute-t-il.

La majorité relativise ce départ des opposants. Ramazani Shadari, un cadre du PPRD, le parti du président Joseph Kabila, s'explique : "Ils ont dit qu'ils suspendent leur participation (…) C'est une technique de négociation. Ils vont peut-être nous convaincre. Nous allons peut-être les convaincre. Cela arrive dans tous les dialogues. Lorsqu'il y a des divergences, il faut chercher une voie de sortie."

Copyright de l’image AFP
Image caption Etienne Tshisekedi dirige une frange de l'opposition qui ne veut pas dialoguer avec la majorité.

Le dialogue politique mené sous l'égide de l'Union africaine est censé sortir le pays de l'impasse politique.

A trois mois de la fin du second mandat du président Kabila, le report de l'élection présidentielle est désormais inévitable.

Mais une grande partie de l'opposition menée par Etienne Tshisekedi n'a jamais participé à ce forum.

Elle dénonce "une manœuvre", selon elle, permettra au président Kabila de s'accrocher au pouvoir.

Lire plus