RDC : Le "dialogue national" suspendu

Edem Kodjo Copyright de l’image Getty Images
Image caption Edem Kodjo dirile le "dialogue national" en RDC, au nom de l'Union africaine.

Le forum, dont les travaux devaient reprendre ce mardi 20 septembre, est suspendu jusqu'à nouvel ordre, a appris notre correspondant à Kinshasa auprès des organisateurs.

Selon eux, les travaux pourraient reprendre vendredi 23 septembre.

Cette suspension s'explique par les heurts survenus lundi 19 septembre à Kinshasa et dans d'autres villes de la RDC.

Selon le ministre congolais de l'Intérieur, 17 personnes dont trois policiers ont été tuées lors de ces manifestations.

Deux autres personnes ont été tuées dans la nuit de lundi à mardi, au siège de l'UDPS, le principal parti d'opposition, dont le leader, Etienne Tshisekedi, a boycotté le "dialogue national".

Le dialogue politique mené par un représentant de l'Union africaine, l'ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, est censé sortir la RDC de l'impasse.

A trois mois de la fin du second mandat du président Joseph Kabila, le report de l'élection présidentielle est désormais inévitable, selon la majorité présidentielle.

Elle a invoqué des raisons techniques.

Une partie de l'opposition veut que le scrutin présidentiel se tienne avant la fin de l'année.

Elle dénonce "une manœuvre" du président Kabila visant, sur la base du "dialogue national", à se maintenir au pouvoir au-delà de la fin de son second mandat, en novembre prochain.

Ban Ki-Moon, le secrétaire général de l'ONU, appelle les dirigeants politiques congolais à résoudre leurs différends "pacifiquement" et "par le dialogue".

Lire plus