Boko Haram : l'ONU encore sollicitée

Muhammadu Buhari Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le président Buhari à New York, pour la 71e assemblée générale de l'ONU

Le président du Nigeria a de nouveau invité l'ONU à négocier avec Boko Haram la fin de l'insurrection menée depuis sept dans le nord de son pays par ce groupe djihadiste.

Muhammadu Buhari a encore sollicité l'aide des Nations unies pour la libération de plus de 200 lycéennes enlevées par Boko Haram à Chibok, dans le nord du Nigeria, depuis deux ans et demi.

S'exprimant en marge de la 71e assemblée générale de l'ONU, à New York, le président nigérian a dit qu'il était prêt à faire libérer des combattants du groupe djihadiste placés en détention, en échange de la libération des filles enlevées.

Mais il difficile, selon M. Buhari, de savoir avec qui négocier au sein de Boko Haram, après la scission du groupe islamiste.

Copyright de l’image No credit
Image caption Les autorités nigérianes ne savent pas où sont détenues les filles enlevées par Boko Haram.

Il fait allusion à la nomination d'Abou Moussab al-Barnawi, annoncée par une frange des combattants de Boko Haram, en remplacement d'Abubakar Shekau, qui a démenti son "limogeage".

"Le gouvernement a tendu la main et est prêt à négocier, mais il est devenu difficile d'identifier les leaders crédibles de Boko Haram. Nous souhaitons impliquer des médiateurs de l'ONU", a ajouté Muhamamdu Buhari.

La campagne internationale "BringBackOurGirls" (Ramenez nos sœurs) a été lancée en vue de la libération des lycéennes enlevées en avril 2014.

Elle est soutenue par plusieurs personnalités, dont la Première dame des Etats-Unis, Michelle Obama, et la militante pakistanaise des droits de l'homme Malala Yousafzai.

Seule une lycéenne a été retrouvée au bout de deux ans passés en captivité.

Au cours des 18 derniers mois, Boko Haram a perdu une grande partie du territoire qu'il contrôlait depuis plusieurs années dans le nord du Nigeria.

Ses combattants ont été repoussés et certains d'entre eux tués, selon l'armée nigériane, lors d'une offensive menée avec l'aide de pays voisins.

Sur le même sujet

Lire plus