Afrique du Sud: le gouvernement "inquiet"

Affrontements entre police et étudiants à l'université de Witwatersrand, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 21 septembre 2016. Copyright de l’image MUJAHID SAFODIEN
Image caption Affrontements entre police et étudiants à l'université de Witwatersrand, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 21 septembre 2016.

Le gouvernement sud-africain a dénoncé jeudi la flambée des violences dans les universités et a promis de mettre fin aux actes de "hooliganisme", suite à la hausse des frais de scolarité.

Dans un communiqué, le ministre sud-africain de l'Enseignement supérieur, Blade Nzimande, s'est dit "inquiet de l'intensification des manifestations violentes" notamment à l'université de Witwatersrand, à Johannesburg.

Selon le ministre, des "marginaux et solitaires" profitent de la situation pour se livrer à "des actes de hooliganisme et des actes criminels".

Des dizaines de policiers ont été déployés jeudi à l'université de Witwatersrand où plus de 400 étudiants manifestaient pour réclamer la gratuité de l'enseignement supérieur dans le pays.

Des bâtiments ont été endommagés par les manifestants.

Les cours ont été suspendus et les étudiants ne souhaitent pas les reprendre sans leurs revendications ne soient satisfaites.

Par ailleurs, de violents affrontements entre étudiants et forces de l'ordre ont eu lieu à l'université de Pietermaritzburg, dans le Kwazul Natal.

Des centaines d'étudiants se sont aussi rassemblés devant le Parlement du Cap.

"Ça a été très difficile d'obtenir un prêt au près du gouvernement. Certains d'entre nous n'ont pas de parents pour se porter garants, donc ça été une bataille pour arriver là où j'en suis aujourd'hui", a lancé un des manifestants, Michael Zulu.

Le ministre Nzimande a averti qu'il n'attendrait pas "impassible" d'autres dégâts avant d'agir.

Le gouvernement a récemment proposé au parlement sud-africain un plan d'augmentation des frais de scolarité de 8% dans les universités pour l'année 2017.

Sur le même sujet

Lire plus