Madagascar : une société chinoise crée la polémique

Madagascar, mines Copyright de l’image Getty Images
Image caption Exploitation artisanale de l'or à Madagascar

Une manifestation à Soamahamanina a tourné à l'affrontement entre les forces de l'ordre et des habitants de cette localité du centre de Madagascar.

Quelque 500 manifestants sont descendus dans la rue ce jeudi 22 septembre pour exiger le départ de la compagnie minière chinoise Jiuxing Mines.

Ils exigent l'arrêt définitif de l'exploitation de la mine d'or de leur ville par cette entreprise chinoise.

Les gendarmes ont utilisé des gaz lacrymogènes pour chasser les manifestants qui avaient bloqué la circulation sur la route nationale 1.

Ils ont arrêté deux membres du mouvement contestataire Vona, dirigé par Pierre Robson.

Le général Florens Rakotomahanina, commandant des forces anti-émeutes, déplore les jets de pierres des manifestants.

Certains d'entre eux avaient des armes blanches, selon lui.

Des tensions

L'un des gendarmes s'est vu arracher son arme à feu, affirme le général Rakotomahanina.

Une école a été incendiée et des feux de brousse ont été signalés non loin du village, à la suite des affrontements entre habitants de Soamahamanina et forces de l'ordre.

Les activités de la compagnie Jiuxing Mines sont à l'arrêt depuis juillet dernier, à cause des tensions entre ses responsables et les habitants de la ville.

La semaine dernière, un rassemblement des populations hostiles à l'exploitation de la mine a eu lieu dans le calme.

Un ultimatum avait été lancé aux autorités et aux dirigeants de la compagnie minière en vue de l'arrêt des activités minières et du départ de Jiuxing Mines avant mercredi 21 septembre, à minuit.

Un nouvel ultimatum a été donné par les habitants de Soamahamanina pour l'arrêt total de l'exploitation de la mine avant samedi 24 septembre.

Lire plus