RDC : les présumés mercenaires devant des juges civils
Media playback is unsupported on your device

RDC : les présumés mercenaires devant des juges civils

Les avocats de 6 militaire congolais présumés mercenaires recrutés par l'ex-gouverneur de l'ex-province du Katanga Moïse Katumbi exigent à la justice congolaise de déférer leurs clients devant une juridiction compétente.

Selon maître Désiré Kasakula, l’un des avocats, ses clients ne connaissent pas leur sort depuis quatre mois qu’ils sont aux arrêts.

Il estime qu’ils ont été greffés au dossier, sous prétexte qu’ils étaient parmi les mercenaires que Moïse Katumbi aurait pour former une rébellion en vue de renverser le régime.

D’après cet avocat, ses clients qui sont militaires, ont été commis à la garde rapprochée pour assurer seulement la sécurité de l’ex-gouverneur.

Ses clients sont envoyés à Kinshasa au parquet général de la République. Dans ce parquet ils sont devant une juridiction civile alors qu’ils sont militaires. «Du coup on est dans une détention qui court de l’arbitraire en arbitraire, » gronde l’avocat. D’autant plus qu’ils ont déjà passé quatre mois en détention préventive, une durée irrégulière.

Il voudrait que les autorités congolaises envoient ses clients devant une juridiction compétente et militaire, en fonction de l’état de ses clients.

Maître Désiré Kasakula se base sur «l’article 18 de la Constitution congolaise dit que dès que vous arrêtez quelqu’un, vous lui signifiez le motif de son arrestation, vous le mettez à la disposition de ses avocats et vous lui informez dans la langue de son choix, » poursuit-il.