Lac Tchad : des insurgés neutralisés

Image caption Boko Haram affaiblit, reste très actif dans la région du Lac Tchad

De violents affrontements ont opposé ces derniers jours les militaires tchadiens aux insurgés islamistes de Boko Haram.

Les combats ont éclaté après l'attaque du poste frontalier de Djoroye, entre le Niger et le Tchad.

Selon une source sécuritaire, l'attaque de cette localité a eu lieu à la tombée de la nuit de samedi.

Quatre soldats tchadiens ont péri dans cette opération attribuée à Boko Haram.

Et dans sa riposte, l'armée tchadienne affirme avoir tué sept éléments du groupe djihadiste.La région du lac Tchad est régulièrement la cible d'attaques djihadistes menées par les membres de Boko Haram.

Le 27 août, quatre soldats tchadiens avaient été tués lorsque leur véhicule a sauté sur une mine, dans une région du Tchad située à la frontalière avec le Niger.

Le Tchad, le Nigeria, le Niger, le Cameroun et le Bénin ont mis en place une force régionale pour lutter contre les djihadistes nigérians.

"Bonne santé"

Des experts affirment que bien qu'affaiblit depuis l'offensive des armées des pays du lac Tchad, le groupe Boko Haram reste actif dans la région.

Depuis plusieurs mois, la secte islamiste fait face à des divisions internes après la désignation, par l'Etat islamique d'Abou Mosab Al Barnaoui, comme nouveau chef de Boko Haram.

L'organisation djihadiste remet en cause le leadership d'Abubakar Shekau.

Dans une vidéo, ce dernier a réaffirmé son leadership sur le mouvement.

Le 23 août, l'armée nigériane avait annoncé l'avoir grièvement blessé dans un raid aérien sur la forêt de Sambisa.

Cette annonce laisse planer le doute sur son état de santé ou sa mort potentielle.

Mais dans une nouvelle vidéo diffusée samedi soir, Abubakar Shekau a affirmé être "en bonne santé".

Lire plus