Affaire Karim Wade : le Sénégal débouté

Karim Wade, Sénagal
Image caption Karim Wade va se battre pour "obtenir la réparation du préjudice politique, matériel et personnel qu'il a injustement subi", affirment ses avocats.

La justice française a rejeté "les demandes" de l'Etat du Sénégal visant à confisquer des biens appartenant à Karim Wade en France, déclarent les avocats de l'ancien ministre sénégalais.

"La justice française vient de rejeter les demandes présentées par l'Etat du Sénégal pour obtenir la confiscation des biens appartenant à Karim Wade", ont écrit les avocats de M. Wade dans un communiqué repris par plusieurs médias sénégalais.

"Ce jugement, solidement argumenté, écarte l'une après l'autre les accusations portées contre Karim Wade en constatant qu'aucun des faits invoqués contre lui ne constituait une infraction", ajoutent-ils.

Ses avocats affirment que M. Wade "poursuivra sans relâche son combat pour le respect de ses droits et libertés fondamentales, notamment en saisissant les juridictions internationales en vue d'obtenir la réparation du préjudice politique, matériel et personnel qu'il a injustement subi".

En mars 2015, la justice sénégalaise l'avait condamné à six ans de prison et au paiement d'une amende de 138 milliards de francs CFA.

Eligibilité

Le fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, désigné candidat du PDS pour la prochaine élection présidentielle prévue en 2019, a ensuite été libéré en faveur d'une grâce accordée par le président Macky Sall.

Mais la question de son éligibilité est souvent posée par les observateurs de la vie politique sénégalaise.

Karim Wade est-il juridiquement apte à se présenter à l'élection présidentielle au Sénégal ?

"La décision de justice rendue par la Cour de répression de l'enrichissement illicite et confirmée par la Cour suprême ne le prive pas (…) de ses droits civiques, y compris celui d'être candidat à une élection. Cette décision ne dit pas qu'il n'est pas éligible", a expliqué à BBC Afrique l'avocat et militant des droits de l'homme Amadou Aly Kane.

"En vertu de la Constitution sénégalaise, le seul obstacle à son éligibilité serait sa double nationalité, si la rumeur qui en fait état était confirmée. Et dans ce cas, il peut être éligible s'il renonce à sa nationalité non sénégalaise et donne la preuve de cette renonciation", ajoute Me Kane.

Les dates clés de l'affaire Karim Wade :

- Le 18 avril 2013 : inculpation et emprisonnement, à Dakar

- Le 23 mars 2015 : condamnation à six ans de prison et au paiement d'une amende de 138 milliards de francs CFA

- Mars 2015 : désignation de Karim Wade comme candidat du PDS à la prochaine élection présidentielle

- Avril 2015 : le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire se prononce sur son emprisonnement, en le qualifiant d'arbitraire

- 24 juin 2016 : libération de Karim Wade par grâce présidentielle.

Sur le même sujet

Lire plus