Mali : les familles des victimes espèrent un verdict sur ''les crimes de sang''

Copyright de l’image Getty Images
Image caption La Cour Pénale Internationale à La Haye a condamné à neuf ans de prison un djahiste malien qui a détruit des mausolées protégés à Tombouctou

Après le verdict de la CPI condamnant Ahmed Al Faqi Al Mahdi à 9 ans de prison pour la destruction de mausolées, les familles des victimes attendent leur tour.

Maitre Mayombo Kassongo, représentant des familles de victimes a exprimé, après le verdict de mardi, sa satisfaction rapporte notre envoyée spéciale à la Haye, Leone Ouedraogo.

Mais il insiste sur les attentes de ses clients qui: ''espèrent encore la répression des autres violations, qui ne concernent pas que les biens mais les crimes de sang''.

Fadi el Abdallah, porte-parole et chef des affaires publiques de la Cour Pénale Internationale (CPI) se veut rassurant pour la suite.

Il estime que bien que ''justice ait été faite pour ce crime, le bureau du procureur de la CPI continue d'enquêter et de recueillir d'autres éléments concernant d'autres crimes'' explique-t-il.

L'anéantissement de ces mausolées est considéré comme un crime contre l'humanité. L'annonce de cette condamnation est une première pour la CPI pour ce type de crime.