Amnesty accuse le Soudan

Image caption Des dizaines d'enfants ont péri au Darfour après avoir inhalé du gaz toxique, selon Amnesty International.

Amnesty International accuse les autorités soudanaises d'avoir utilisé des armes chimiques contre les populations du Darfour.

Cette organisation de défense des droits de l'homme a publié un rapport de près de 100 pages contenant des images d'enfants souffrant de brûlures chimiques.

Le document contient aussi des images satellite de villages détruits et de personnes déplacées.

Amnesty International publie des extraits d'entretiens avec plus de 200 survivants et des analyses d'experts en armes chimiques.

Plus de 200 personnes, dont des dizaines d'enfants, sont mortes après avoir été exposées à des substances chimiques provenant de bombes, déclare l'organisation de défense des droits de l'homme.

Certains survivants affirment avoir inhalé l'air toxique après que des armes ont été abandonnées dans leur lieu d'habitation.

Jonathan Loeb, porte-parole d'Amnesty International, affirme que les victimes ont eu des hématomes sur la peau.

Selon lui, il est peu probable que les armes chimiques aient été utilisées par des troupes rebelles.

Sur le même sujet

Lire plus