Congo : des morts imputés aux ninjas

Le pasteur Fréderic Bitsangou 'Ntumi, était à la tête des ninjas, qui combattent le gouvernement congolais, entre 1998 et 2003. Copyright de l’image AFP
Image caption Le pasteur Fréderic Bitsangou 'Ntumi, était à la tête des ninjas, qui combattent le gouvernement congolais, entre 1998 et 2003.

La police congolaise a annoncé dimanche la mort d'une dizaine de personnes dans l'attaque d'un train attribué aux ex-combattants ninjas dans la région du Poll au sud de Brazzaville, la capitale.

Selon le porte-parole de la police, le colonel Jules Monkala Tchoumou, l'attaque qui s'est produite vendredi à Mindouli a fait "au moins quatorze morts, dont deux militaires et des enfants".

L'officier condamne "un acte affreux".

L'attaque a eu lieu au niveau du poste kilométrique 353 entre les gares de Kinkembo et Loulombo.

Les incidents de ces derniers jours entre forces loyalistes et ex-combattants ninjas de de l'ancien chef rebelle Frédéric Bintsamou, dit Pasteur Ntumi, ont provoqué un exode massif des populations du Pool.

Plusieurs villages ont été vidés de leurs habitants sur l'axe Brazzaville-Kinkala.

Sur le même sujet

Lire plus