Afrique : l'insécurité frappe la gouvernance

Mo Ibrahim lors de la présentation de son rapport 2016 à Londres Copyright de l’image Getty Images
Image caption Mo Ibrahim lors de la présentation de son rapport 2016 à Londres

Près de 70 % des citoyens africains vivent aujourd'hui dans un pays qui a vu sa gouvernance s'améliorer depuis 2006, selon le classement annuel de développement Mo Ibrahim.

Mais près des deux tiers des Africains vivent dans des pays où la sécurité et la primauté du droit ont décliné. Parmi eux, se trouvent la Libye, la République Centrafricaine et le Burundi.

L'indice Mo Ibrahim de la gouvernance en Afrique (IIAG) est basé sur 95 indicateurs classés en quatre sous-catégories : sécurité et Etat de droit, participation et droits de l'Homme, développement économique durable et développement humain.

Dans l'indice 2016, les cinq pays les plus performants en prenant en compte l'ensemble des indicateurs sont l'île Maurice, le Botswana, le Cap-Vert, les Seychelles et la Namibie.

La Somalie occupe la dernière place, derrière le Soudan du Sud, la République Centrafricaine, la Libye et l'Érythrée.

Sur les dix ans d'existence de cet index, la Côte d'Ivoire est le pays qui a connu la plus grande progression en matière de gouvernance (+13,1 points), devant le Togo, le Zimbabwe, le Liberia et le Rwanda.

La Fondation Mo Ibrahim octroie ponctuellement un prix annuel doté d'une bourse de cinq millions de dollars à un chef d'Etat africain ayant quitté le pouvoir et qui, selon elle, a fait preuve d'une bonne gouvernance.

Lire plus