Zambie : deux opposants arrêtés

Hakainde Hichilema, lors de la campagne électorale d'août dernier. Copyright de l’image AFP
Image caption Hakainde Hichilema, lors de la campagne électorale d'août dernier.

Deux dirigeants du principal parti de l'opposition sont gardés dans les locaux de la police zambienne, qui a confirmé leur détention, ce mardi.

Hakainde Hichilema, le président du Parti uni pour le développement national (UPND) et son adjoint, Geoffrey Mwamba, ont été arrêtés sur la base de soupçons de sédition, selon un responsable de la police.

Il précise que la notion de sédition est considérée comme un crime en Zambie et se définit comme "une conduite incitant les gens à se rebeller contre l'autorité de l'Etat".

Les auteurs de ces faits encourent une peine maximale de sept ans de prison.

Hakainde Hichilema et Geoffrey Mwamba comparaitront devant le tribunal, ce jeudi.

M. Hichilema a toujours contesté les résultats de l'élection d'août dernier.

Avant son arrestation, il avait établi un parallèle de la limitation de ses libertés avec la situation du pays durant la colonisation britannique.

Soixante-et-un autres militants de l'opposition ont été arrêtés après avoir jeté des pierres aux agents de la police, à la suite de l'arrestation des deux leaders de l'UPND.

La victoire du président Edgar Lungu a toujours été considérée par les opposants le résultat de fraudes électorales massives.

Lire plus