Le Ghana va "relocaliser" une statue de Gandhi

Statue de Gandhi Copyright de l’image Getty Images
Image caption Comme celle installée devant le Parlement britannique à Londres (photo), les statues de Gandhi symbolisent l'étroitesse des liens entre l'Inde et d'autres pays.

Les autorités ghanéennes ont fait part de leur intention d'enlever de l'université d'Accra une statue du Mahatma Gandhi offerte par l'Inde.

La décision a été prise à la suite de la publication d'une pétition dénonçant le "racisme" du leader indépendantiste indien.

La statue installée en juin dernier sur le campus de l'université d'Accra avait été inaugurée par le président indien Pranab Mukherjee.

Elle symbolise l'étroitesse des relations entre le Ghana et l'Inde.

En septembre, des universitaires ghanéens ont lancé une pétition demandant son retrait en raison du caractère "raciste" de Gandhi.

Ils reprochent au défunt leader indépendantiste indien d'avoir dit que ses compatriotes étaient "infiniment supérieurs" aux Africains.

"Gandhi était humain..."

Le ministère ghanéen des Affaires étrangères, cité par l'Agence France-Presse, a fait part de sa volonté de "relocaliser la statue pour assurer son intégrité et éviter la polémique".

"Gandhi était humain et peut avoir eu ses défauts, mais nous devons nous rappeler que les gens changent", ajoute-t-il.

Un mouvement similaire à celui des universitaires ghanéens a eu lieu en Afrique du Sud en 2015, pour que soit enlevée la statue de Cecil Rhodes dans le campus de l'université du Cap.

Cette figure de la colonisation britannique décédée en 1902 était notoirement raciste, selon les étudiants sud-africains, dont la revendication a été satisfaite.

Sur le même sujet

Lire plus