Merkel hausse le ton en Ethiopie

Angela Merkel et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, à Addis-Abeba Copyright de l’image AP
Image caption Angela Merkel et le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, à Addis-Abeba

Il s'agit de la troisième étape de la tournée africaine de la chancelière allemande, Angela Merkel, après sa visite au Mali et au Niger.

Mme Merkel a déclaré que les manifestations doivent être autorisées et la réponse de la police, proportionnée, selon l'agence Reuters.

Les manifestants éthiopiens se plaignent de leur marginalisation politique et économique.

La chancelière allemande a également ajouté que les groupes d'opposition doivent être inclus dans le processus politique.

Le président éthiopien, Mulatu Teshome, a déclaré lundi au parlement, où aucun parti d'opposition n'est représenté, que le système électoral doit être modifié afin que les députés qui ne font partie de la mouvance présidentielle soient élus.

L'Ethiopie est souvent critiquée pour son piètre bilan en matière des droits humains.

Les journalistes éthiopiens montent au créneau

Les journalistes éthiopiens ont profité de la conférence de presse conjointe du Premier ministre Hailemariam Desalegn avec Angela Merkel afin d'aborder la situation des droits de l'homme dans le pays.

M. Hailemariam a été interrogé sur le nombre de morts au cours des 11 derniers mois de protestation, alors que les manifestants anti-gouvernementaux se sont affrontés avec les forces de sécurité.

Les organisations des droits de l'homme avancent un chiffre qui dépasse les 500 victimes.

Le Premier ministre a répondu qu'il y avait au moins 170 morts dans la région d'Oromo et plus de 120 à Amhara, mais a admis que le total pourrait atteindre plus de 500.

Il a réaffirmé l'engagement de son gouvernement à faire toute la lumière sur tout usage disproportionnés et excessif de la force.

La visite de Mme Merkel intervient deux jours après l'état d'urgence de six mois qui a été déclaré dans le pays.

Investissement économique

La femme politique la plus influente en Europe a participé à l'inauguration du bâtiment de l'union africaine dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

Elle a dit qu'elle allait, notamment via la présidence du G20 de l'Allemagne en 2017, encourager le secteur privé à investir dans les réseaux de transport et d'énergie.

La formation professionnelle en Afrique sub-saharienne est également concernée.

Sur le même sujet